Actualités 04 / 08 / 2021

L’écologie s’invite dans la construction

Ce n’est plus une maison bleue… c’est une maison verte, dont les vertus sont de plus en plus évidentes. Les Français la réclament, la réglementation l’exige, les promoteurs la font sortir de terre, grâce à des procédés à la fois ancestraux et novateurs.

Près d’un Français sur deux serait prêt à dépenser au moins 6% supplémentaires pour acquérir un bien à plus faible impact énergétique, et 84% estiment que les qualités écologiques d’un logement sont un atout majeur pour sa revente, selon une étude réalisée en juillet 2021 par Liberkeys, néo-agence immobilière, en partenariat avec Poll&Roll. Alors que l’affichage des DPE (diagnostics de performance énergétique) est obligatoire depuis le début du mois de juillet, et qu’une nouvelle réglementation environnementale, dite RE2020, entrera en vigueur pour la construction le 1er janvier 2022, les promoteurs multiplient les innovations pour répondre aux nouvelles attentes et exigences écologiques.

Les Français réclament des constructions éco responsables. Les promoteurs les font sortir de terre grâce à des procédés ancestraux et novateurs.

Des matériaux authentiques...

 

Leur secret ? Miser sur des matériaux naturels et des procédés ancestraux, remis au goût du jour grâce à des techniques innovantes. En prenant en compte l'ensemble des émissions d'un bâtiment dès sa construction, la nouvelle norme RE 2020 devrait placer le bois, mais aussi le liège, le chanvre, la paille et les autres matériaux biosourcés (terre crue et cuite, notamment) au cœur de la conception des nouveaux bâtiments. Tous les géants du bâtiment ont désormais un pied dans le biosourcé. Mais le biosourcé “hors bois” progresse aussi : il représente désormais 10% du marché de l'isolation. Et Yves Hustache, fondateur de la Scop Karibati spécialisée dans ces matériaux, a constaté une croissance du secteur de 87% entre 2019 et 2020 ! Comme le rappelle l’association Bâtiment Bas Carbone (BBCA) le bois, mais aussi les autres biosourcés « ont des atouts indéniables dans la construction : d'une part, parce que dans leur procédé de fabrication, ils sont en général très peu émissifs, très peu transformés et ils nécessitent peu d'énergie polluante. Et d'autre part, en particulier pour tout ce qui est gros œuvre, le bois stocke du carbone capté par l'arbre dans la forêt et qui est sanctuarisé dans le bâtiment pendant des décennies ». À terme, en 2030, pour les maisons individuelles, la construction en ossature bois deviendrait « la norme » et en logement collectif, les matériaux biosourcés seraient « systématiques en second œuvre et très courants dans le gros œuvre », prévoit le ministère de la Transition écologique.  Une ossature en bois remplie par des bottes de paille, des isolants à base de chanvre, de lin ou de balle de riz: telle pourrait bien être la maison de demain !

 

Confort de vie et économies

 

« L'utilisation des matériaux bio et géo-sourcés procure un confort de vie supplémentaire : 

un logement frais en été, grâce à l’utilisation de la terre, et une meilleure isolation en toutes saisons, grâce au bois, avec des coûts d'utilisation optimisés pour les habitants», explique l’architecte Adrienne Fabre (agence Nunc), qui a conçu pour le promoteur Quartus sa résidence « Les Cottages » à Biganos, près du bassin d’Arcachon et au cœur des forêts landaises. Insérée dans le nouveau quartier éco-responsable de cette ZAC aux ambitions novatrices, la résidence se marie harmonieusement, avec son ossature et ses bardages bois, aux pins maritimes qui l’entourent.

Cette utilisation maximale du bois répond non seulement à cette volonté d’intégration dans l’environnement naturel, mais aussi aux ambitions écologiques et novatrices du programme. Car ce matériau traditionnel est aujourd’hui potentialisé par les technologies les plus récentes. Ainsi, la   préfabrication et les procédés modulaires en 3D permettent de construire en temps record.

 

Il faut être humble
 

De même, la terre crue, matériau millénaire, fait actuellement l’objet de nombreuses recherches, visant à exploiter ses qualités isolantes et “bas carbone” selon des processus industriels. “Tout n’est pas possible partout : un bâtiment construit à 100 % en terre crue, sur un territoire aussi urbain que le Grand Paris, est plutôt déconseillé”, estime Ludovic Boespflug, directeur général délégué de Quartus, promoteur immobilier. « Si l’on veut que la terre crue trouve sa voie, il faut mettre en œuvre des procédés industriels moins chers. Par exemple, le coût d’une tour de 50 mètres entièrement construite en bois reste très important. Sauf si l’on met d’autres matériaux, plus économiques, aux endroits opportuns. Pour la terre crue, c’est pareil, il faut être humble.” Ainsi, l’agence d’architectes Joly &Loiret, qui participe au projet “Cycle Terre” du Grand Paris, cherche à l’intégrer dans des constructions où son emploi, en tant que matériau local, s’impose comme... tout naturel : c’est le cas des Jardins d’Embruns, autre résidence éco-responsable construite par Quartus dans le même quartier de Biganos. La terre crue a été associée ici à d’autres matériaux bio-sourcés et locaux, comme le bois, la pierre et les fibres naturelles. Résultat : des logements de qualité, écologiques et très peu consommateurs d’énergie, tant dans leur construction que dans leur utilisation. Exploitant aussi le potentiel offert par la lumière et la ventilation naturelle, ils s’ouvrent au maximum sur ce somptueux paysage landais, qu’ils contribuent à préserver. Exemple à suivre !

IMAGINER
print favorite share
chevron_left Article Précédent
Actualités 01 / 08 / 2021

Le “Home Detox”, info ou intox ?

VENTES PRIVILEGES SUR NOTRE NOUVELLE RESIDENCE A ANGERS

Du 22 au 27 octobre, profitez de prix exclusifs en participant aux Ventes Privilèges By QUARTUS
Je m'inscris

clear